Newsletter top 5 livres

Roman Science-fiction Amazon plumes francophones Lire le début

S. Ternoise Accueil
Ecrivain... Romans Théâtre Chansons Stéphane Ternoise écrivain homme de théâtre toujours debout Vidéos Stéphane Ternoise écrivain homme de théâtre toujours debout Contact Stéphane Ternoise écrivain homme de théâtre toujours debout forum
Les vidéos... Plus infos sur la chaîne Youtube et Suivi GRATUIT en 2 clics.

Roman Science-fiction Amazon plumes francophones Lire le début Après l'énergie anti-électrique publié en 2020 par Stéphane Ternoise à 52 ans

I


Dans le château de Mercuès, l’inquiétude des trois femmes et deux hommes se limite aux conséquences professionnelles. Leur illustre locataire va arriver, il n’est jamais en retard, et le système de secours, pourtant vérifié en début d’année, ne prend pas le relais. De mémoire des cinq, une coupure électrique non programmée relève même de l’inédit ! Et monsieur le député apparaît devant la porte, a le réflexe de se frotter la tempe, puis fixe la paume de sa main gauche où aucun message ne s’affiche. L’incident le déstabilise. Une puce sur cinq cents millions connaîtrait un jour une défaillance, selon les chiffres officiels. Il est certes bien placé pour en douter mais la sienne, à lui, déconnectée, il en sourit finalement ! Comme c’est étrange ! Radié de la liste des citoyens par le Président ? On sait bien que c’est toujours possible. La campagne fut houleuse mais il a reconnu sa défaite, félicité son vainqueur, lui a souhaité tout le bonheur du monde.
Non, aussi mesquin, rancunier, imprévisible, soit-il, m’éliminer n’aurait aucun sens. Ma disparition susciterait des troubles, une révolte, une indignation nationale et mondiale. Quoique ! Ils ne vont quand même pas me suicider en m’inventant une dépression de perdant inconsolable ? Restons calme. Pourtant un tel "hasard" défrise l’entendement. Il ne se passe rien ! Je suis là et c’est comme s’il n’y avait personne.
Rien, accès refusé sans commentaire, ni musique ni hologramme d’accueil, ces traditionnelles photos de la jeunesse footballistique de son lointain ancêtre, sous le maillot orange de Mercuès-Cahors, « quand sous la houlette de leur prodigieux avant-centre, les cadets du millésime 1982-83 remportèrent le doublé championnat départemental - coupe régionale » comme l’affirma une de ses biographies, triomphe semble-t-il contesté mais devenu l’une de ces vérités sur lesquelles plus personne ne s’interroge…
Et eux, ils font quoi ? Que signifient ces signes d’impuissance, ces bras agités des jeunes accompagnateurs ?... Le monde deviendrait-il encore plus fou ?...

Il n’y a plus qu’à attendre ! Toute tentative de fuite serait inutile. Et pourquoi fuirais-je ? Je n’ai rien à me reprocher. Les satellites vont détecter un humain non identifié et envoyer la sécurité nationale. La patience est notre grande vertu, prétendait déjà ce cher Thomas ! Ah Thomas ! À l’origine d’une dynastie, quelle ironie ! Lui tellement virulent contre les héritiers, les clans et les soumis. Comme le sort s’amuse de nos pensées et engagements. Nous luttons pour une chose et finalement nous laissons le contraire, ou presque. Ah ! Mon pauvre utopiste, tant de livres refusés, de candidatures impossibles ou invisibles. Et soudain le looser triomphe, nouvelle coqueluche médiatique, l’engouement d’un pays pour un « court roman dans une vallée de pauvreté suffisante et harmonieuse. »
Hier encore, il est resté scotché toute la soirée devant un écran avec cette vieille histoire. « Tu cherches quoi dans ces documentaires ? Tu les connais par cœur ! » lui avait demandé sa tendre et chère Éva. Aucune réponse ne lui était venue, finalement il avait murmuré « d’où je viens » et elle s’était lovée contre lui, regardant ensemble l’épopée du premier prix Goncourt à avoir ignoré sa distinction… Quel destin de s’éteindre sur le caveau de sa chère Rose une heure avant l’attribution. « Ton cœur arrêté, notre Amour éternel », il l’avait écrit le sacré bonhomme… Alors que les sondages le donnaient déjà quasiment à égalité avec le député sortant pour les législatives de mars… et la vague d’émotion nationale…
Confronté à un incident de catégorie H, il ne réagit pas conformément aux recommandations. Il est submergé d’attendrissements en repensant à sa fille, à ce Thomas, reprenant le flambeau, la pasionaria des gariottes comme elle fut surnommée, en référence à son affiche de campagne devant ces vieilles pierres… Et Romane repoussait les limites de sa timidité, sortait de l’anonymat, assumant. Après une série d’échanges brouillons, elle pulvérisait le vieux politicard lors du débat de second tour, où il ne s’attendait pas à l’affronter, en souriait même, mais elle lui rappelait ce mépris d’avoir surnommé son père « le clown », lui avoir répondu « vos affaires locales ne me concernent en rien » quand il s’inquiétait de pratiques indignes de la République dans sa petite commune, et sous les ovations générales balançait « moi députée, les affaires locales de chacun, de chacune, me concerneront, moi députée, le clientélisme cessera, moi députée, ce département sortira du règne des clans, des subventions qui achètent la liberté d’expression, moi députée, ce département respirera, socialement, politiquement, culturellement, économiquement, moi députée… » Ces archives imprègnent tellement son esprit qu’il en conserve chaque intonation de cette anaphore, oui, ça se déroulait quelques kilomètres plus bas, ce fameux duel, dans cette ville désormais engloutie. La presse départementale aurait l’indécence de résumer « joutes oratoires souvent décousues où chacun a campé sur ses positions, où la fougue titillait la compétence. » Mais les vidéos ont témoigné. Ces images auxquelles, comme tout descendant, il voue un véritable culte. C’était l’époque des débuts de l’Internet, de la diffusion par tous pour tous … Et il fredonne « on s’épuise pour le superflu, et trop tard on se rend compte ne pas avoir vraiment vécu… » Son tube, également posthume.
Oui, quelle bévue de ne pas avoir balancé la figure de style familiale. Oui, les statistiques sont formelles, tous ceux qui ont osé l’adapter l’ont emporté. Mais comment la placer après un rusé déclarant, tout en ironie « comme notre confrontation se terminera pas les Moi Président de Monsieur Pierre-Thomas, sur mon temps de parole, voici les mensonges dont nos oreilles seront accablées. » C’est peut-être ce que je cherchais, finalement, mon erreur fatale. Sommes-nous tous condamnés à essayer un jour de comprendre le sens de notre vie ? Est-ce l’âge si depuis quelques mois régulièrement tout cela s’agite en moi ? Comment peut-on déjà avoir 40 ans, comment peut-on être déjà aussi vieux ? Ah, tout cela, fait de nous une famille de légende ! Tout cela me donne des responsabilités déontologiques et culturelles. Mais n’ai-je pas un peu égaré cet enthousiasme pour l’égalité, la dignité humaine ? Je ne serai qu’un élément de transition, j’ai perdu oui, et c’est fini. Adieu veaux, vaches, et le troisième, moutons ?... Notre parti doit se donner un nouveau leader, dynamique, faire confiance aux jeunes, préparer l’avenir. Même si notre jeunesse manque cruellement de maturité, de références, trop de distractions, trop peu de littérature, d’histoire. Le fiston me répondrait « attention, tu causes comme un vieux con ! »
La réalité le sort de sa rêverie : à l’intérieur les cinq tentent de fracturer porte et fenêtres avec des chaises ! Un édifice pouvant résister en tout point aux armes les plus perfectionnées ! Serait-ce un jeu ? Encore une mise en scène de son farfelu oncle ? Il y a de tout dans cette tribu ! Il sourit.
Il croit vraiment nécessaire de me distraire, ce cher Édouard ? Sinon, pourquoi aurait-il tant insisté ? Ah oui, sa grande expérience sur l’énergie électrique. Le prix Nobel ne lui suffit pas, il veut « illuminer notre siècle ! » En attendant, les plombs ont sauté, comme chantait Arlety.
Décidément, il alterne inquiétude et insouciance. Au secours la cyclothymie revient ! Ou serait-ce un début de sagesse ?
Oui, on peut vivre joyeux en ayant abandonné toute ambition d’accéder à la fonction suprême… Tous les rêves ne méritent pas d’être exaucés. Il suffit de relativiser ! La position du sage est peut-être mon destin ! Mais ils jouent à quoi, ces clowns ? Ils miment des personnages confrontés au manque d’oxygène ?
Puis ils s’effondrent, sans vie ou comme de macabres et merveilleux acteurs.
Pantomime destinée à me rappeler que seule la mort constitue un point final, contrairement à une mauvaise soirée électorale ?

Après énergie anti-électrique

Plus d'infos et achat : Après l'énergie anti-électrique.

Après énergie anti-électrique recto verso


Page de la série écrivains français.
La page du roman 2020 de Ternoise Après l'énergie anti-électrique .

Les vidéos sont classés par thèmes. Les principaux : Les sketchs. Les communes : Cahors et Montcuq. Et autres communes lotoises.
Lot-et-Garonne et Tarn-et-Garonne.
Le Diaporama du dimanche.
Des écrivains francophones et des écrivains US.
Les fleurs en vidéos. Les fruits
. Ici et ailleurs : des élus.
Les poules coqs pintades.
Les chats du Quercy.
Suivi de facebook.
Des Gilets jaunes et autres jaunes...
Et les vidéos les plus vues...
trait

livraison ce jour de fleurs à Saint Louis


- Le guide des fleuristes.

- Les livres sur les fleurs.

En France nul homme, fût-il médiocre est analphabète ?
- Autres pages revues fin 2017 début 2018 ou début 2019 récemment et celle de mai 2019 à janvier 2020. Puis récemment, depuis janvier 2020.
écrire un peu
Une page revue récemment : 23 aout 2020 : Le monde sans antidote contre cette énergie anti-électrique .

Page du portail de ternoise : essayiste pamphletaire (sujet : écrivain engagé romancier auteur de chansons ) info Ternoise Et bourges pas seulement un printemps (info : à voir) .